Statistiques

Le Port de Cotonou, construit pour recevoir un trafic de 350.000 tonnes par an devient en raison de sa position géostratégique, un port à vocation régionale. Ce statut qui s’est imposé au Port de Cotonou et les obligations qui en découlent ont amené les autorités béninoises à réaliser d’énormes investissements en vue de répondre à cette croissance et aux échanges internationaux de la sous-région ouest-africaine.

Ainsi, depuis sa création en 1965, le trafic global du Port de Cotonou est passé de 351.406 tonnes de marchandises (21,68% de transit) à près de 1.000.000 tonnes en 1975, soit après 10 ans d’activité. Cette tendance du trafic à la hausse s’est maintenue jusqu’à nos jours, sauf les reculs constatés en 1980 (953.039 tonnes), 1983 (800.581 tonnes), 1984 (886.201 tonnes) et 1989 (889.427 tonnes) en raison de l’environnement politique et économique difficile.  

Le Port de Cotonou en 2015 a dépassé la barre des 10.000.000 tonnes de marchandises grâce à une stratégie fondée sur la planification des réformes de modernisation structurelle et infrastructurelle. Mais en raison de la crise économique qui a sévi dans le monde en 2016, le trafic a baissé pour atteindre 8.500.000 tonnes de marchandises. La croissance a repris en 2017 avec un volume atteignant un peu moins de 9.500.000 tonnes avec 1017 escales dont 1002 navires commerciaux pour la période considérée. Pour l’année 2018, nous avons la ferme conviction d’atteindre un volume de 10.500.000 tonnes de marchandises.

Au vue de sa vocation régionale, le Port de Cotonou demeure le premier port de transit de la sous-région. Le volume de marchandises en transit a dépassé en 2017 la barre de 50% du volume total de marchandises qui a transité par le Port de Cotonou. 

Plus de précision